Mary Kirke, lady Vernon (1649-1711)

Portrait par Peter Lely en 1673marykirke

Fille d’honneur de la duchesse d’York Mary de Modène (1673-1675)

Née en 1649, à Kirke House, Londres
Morte le 17 aout 1711 à Greenwich
Enterrée dans l’église paroissiale de Greenwich

Mary Kirke (aussi appelée « Moll ») fut la dernière enfant du couple George Kirke et de Mary Townshend sa deuxième épouse.

Son père, George Kirke descendait d’une vieille famille écossaise qui avait suivi le roi James VI à Londres où il était devenu le successeur de la reine Elizabeth 1ère sous le nom de Jacques 1er. Reconnaissant de la loyauté de la famille Kirke, le roi James avait nommé 1er gentilhomme de la chambre du roi le père de George (aussi prénommé George). A la mort de ce premier George en 1630, son fils George avait hérité de sa position auprès du successeur de James 1er, son fils Charles 1er qui lui avait confié le titre de Gardien de Palais de Whitehall à Londres, fonction héréditaire qu’il devait transmettre à ses fils : d’abord Charles Kirke (né de son premier mariage avec Anne Killigrew), ensuite Philip Kirke, fils ainé de son deuxième mariage avec la belle Mary Townshend.

H0061-L87389844Portrait par Peter Lely en 1673

Le mariage des parents de Mary Kirke avait eu lieu à Oxford le 26 février 1646. George Kirke, veuf depuis cinq ans d’Anne Killigrew, dame d’atour de la reine Henriette Marie de France et qui s’était noyée accidentellement dans la Tamise, avait choisi comme seconde épouse la jeune et jolie Mary Townshend de vingt six ans sa cadette.

Cette dernière avait donné quatre enfants à son époux : Philip (1646-1687), Percy (1647-1691), Diana (1648-1719) et enfin Mary (1649-1718), puis elle avait pris comme amant le jeune Francis Villiers, le plus jeune frère de George Villiers futur 2ème duc de Buckingham. A la mort de ce dernier en 1648, elle prit comme amant le jeune Maurice du Palatinat (1620-1652) frère du prince Rupert.

220px-1621_MauriceMaurice prince du Palatinat, amant de la mère de Mary Kirke

La petite Mary Kirke avait donc grandi à Londres au milieu de la cour de Charles 1er, puis lors du règne de Cromwell, son père avait continué à vivre à Kirke House dont il payait un loyer à Edmund Sheffield, 2ème comte de Mulgrave (qui était favorable aux Parlementaires) alors que les Kirke avaient suivi le destin de Charles 1er et demeurèrent loyal au roi jusqu’à l’échafaud.

Mary Kirke avait grandi élevée dans la religion protestante et dans la fidélité à la cause royaliste. Lorsque le roi Charles II reprit son trône en 1660, George Kirke revint à Londres et le nouveau roi reconnaissant des sacrifices financiers de la famille Kirke et pour récompenser leur loyauté à son défunt père rendit à George Kirke son titre de Gardien du Palais de Whitehall.

veue-et-perspective-du-palais-du-roy-d-angleterre-a-londres-qui-s-apelle-whitehallPalais de Whitehall à Londres

En novembre 1673, le frère de Charles II, James duc d’York se remaria avec Béatrice de Modène. La jeune duchesse d’York monta sa maison et Mary Kirke, âgée de 24 ans devint l’une de ses demoiselles d’honneur. L’occupation favorite du duc d’York avait été dans les années précédentes de mettre dans son lit les demoiselles d’honneur de sa première épouse, Anne Hyde. Fraichement marié à une jeunette de quinze ans, le duc d’York âgé de quarante ans n’avait pas changé ses habitudes et arrêta bientôt son regard sur la jolie demoiselle d’honneur de son épouse, la jeune Mary Kirke.

published by Alexander Browne, after Sir Peter Lely, mezzotint, circa 1680-4

published by Alexander Browne, after Sir Peter Lely, mezzotint, circa 1680-4

Portrait de Mary Kirke par Peter Lely

Cette dernière ne le repoussa pas, mais elle était déjà tombée dans les filets du fils naturel de Charles II, le jeune et fougueux James duc de Monmouth (1649-1685). Ainsi, pendant quelques semaines, la jolie Mary alterna ses amants sans que l’oncle ne se rende compte que le neveu partageait avec lui les faveurs de la jeune femme. Le frère de Mary, Percy Kirke, était d’ailleurs soldat dans l’un des régiments du duc de Monmouth, ce qui permettait à Mary de rencontrer son jeune amant sans suspicion.

Le comte Hamilton, beau frère de Philibert comte de Gramont, décrira ainsi Mary Kirke : « elle avait une silhouette plutôt ordinaire, mais des yeux magnifiques et une allure de séductrice ».

Au début de l’année 1674, Mary Kirke avait donc pour amants deux ducs anglais (oncle et neveu qui ne s’aimaient déjà pas beaucoup) et qui ignoraient l’un et l’autre qu’ils étaient en rivalité amoureuse

che-17-jacquesstuartducdyorkJames duc d’York, frère de Charles II, futur James II ,amant de Mary Kirke

Or, un troisième larron allait s’attirer la faveur de Mary, il s’agissait d’un comte le jeune et charmant John Sheffield 3ème comte de Mulgrave (1647-1721), aussi beau que brave et qui avait un succès fulgurant auprès des dames de la cour. Il détenait le titre de colonel d’un régiment d’infanterie en Hollande : il était surtout le fils unique d’Edmund Sheffield à qui le père de Mary payait un loyer pour sa maison de Kirke House. Il est vraisemblable que Mary et John se connaissait dès l’enfance, John étant de deux ans plus âgé que Mary. Mary Kirke ne sut pas résister à son charme et devint sa maitresse.

220px-James_Scott,_Duke_of_Monmouth_and_Buccleuch_by_William_WissingJames duc de Monmouth par Peter Lely, amant de Mary Kirke

Evidemment à force de jongler avec trois soupirants, la belle finit par se dévoiler. Ce fut le duc de Monmouth qui se rendit compte le premier que Mary lui était infidèle. Il fit poster des hommes à lui dans les couloirs du palais de St James, et sut ainsi que Mulgrave franchissait la porte des appartements de la belle Mary au cœur de la nuit.

Au retour d’une de ses expéditions nocturnes, Monmouth fit arrêter Mulgrave et le tint en prison pendant plusieurs jours tout en se plaignant au roi Charles II de la défection militaire du jeune Mulgrave. Le roi qui ne transigeait pas sur la discipline de l’armée fit retirer ses régiments à John Sheffield. Libéré et furieux, ce dernier se rendit auprès du duc d’York et avoua à ce dernier que le duc de Monmouth était l’amant de Mary Kirke, ce qui détériora encore plus les relations entre l’oncle et le neveu, le premier (héritier du roi Charles II son frère qui n’avait pas d’enfants légitimes) détestant depuis toujours le neveu, fils naturel de son frère et potentiel adversaire au trône et qui bénéficiaire d’une immense popularité car de religion protestante, alors que le duc d’York était catholique.

johnsheffieldJames Sheffield, 3ème comte de Mulgrave, amant de Mary Kirke

Mary apprenant les manœuvres sournoises de Monmouth vis-à-vis de Mulgrave rompit avec lui, mais continua sa liaison avec le duc d’York et le jeune comte de Mulgrave. Et ce qui devait arriver arriva, la jeune femme tomba enceinte au début de l’année 1675 et résolut de partir faire ses couches discrètement dans un couvent en France (elle s’était convertie au catholicisme pour faire plaisir à Mary de Modène). Mais elle se trompa dans ses calculs, ou plus vraisemblablement elle accoucha prématurément et donna naissance en cachette d’un fils mort- né en mai 1675 au cœur même de ses appartements à St James’s Palace. Elle accoucha sans sage-femme mais en présence de sa propre servante et de la gouvernante des filles d’honneur.

st-jamess-palace-1-copySt James’ Palace

Le scandale fut immédiat et énorme: la jeune duchesse d’York, Mary de Modène, catholique convaincue (elle aurait voulu être nonne avant son mariage) demanda que l’on chasse la pècheresse de sa maison avec suppression de ses gages et de son logement. Hypocrite, le duc d’York appuya la demande de sa jeune épouse (qui était enceinte de son troisième enfant et très fragile émotionnellement car ses deux premiers enfants n’avaient pas vécu) et demanda à son frère Charles II de chasser la jeune femme. Ce dernier supprima le poste de la jeune fille qui vint se réfugier à Whitehall dans les logements de sa mère, Mary Townshend, veuve depuis quelques semaines de son époux George Kirke (mort en avril 1675).

200px-Mary_of_modena_lgMary de Modène, duchesse d’York par Peter Lely

La belle Mary Townshend avait obtenu du roi Charles II l’office de Gardien de la Volière de Whitehall en 1663 ce qui lui permettait d’occuper un logement de fonction au palais. En devenant veuve, elle reçut en pension annuelle de 250 livres ainsi qu’un dédommagement de 500 livres l’an pour payer les dettes que la couronne royale devait vis-à-vis de George Kirke qui avait avancé de l’argent au défunt Charles 1er.

Sans avenir, orpheline d’un père qui l’avait toujours protégé, Mary confia son chagrin à son frère Percy. Celui-ci qui était ami avec Monmouth et sous ses ordres, était convaincu que Mulgrave avait séduit et abandonné sa sœur (il ne connaissait pas la liaison de Mary avec le duc d’York) et, fou de rage, provoqua le jeune comte en duel le 4 juillet 1675. Par ce duel, il entendait aussi régler une vieille querelle entre les Mulgrave (qui avait toujours été du côté de Cromwell et des parlementaires) et les Kirke (fidèles royalistes). Le fait que les Kirke payait une rente aux Mulgrave pour Kirke House devait aussi y être pour quelque chose.

kirkhouseKirke House à Londres

Le comte de Mulgrave accepta le duel qui eut lieu en Hollande, car les duels étaient interdits en Angleterre. Au cours du combat, Percy Kirke blessa grièvement le comte de Mulgrave à l’épaule. Pour l’occasion Mulgrave était secondé par Charles 2ème comte de Middleton, lieutenant colonel du régiment de Hollande et Percy Kirke était secondé par le capitaine Charles Godfrey du régiment des Gardes Grenadiers (of the 1st Foot). Pour la petite histoire Charles Godfrey devait épouser quelques années plus tard une autre maitresse du duc d’York, la belle Arabella Churchill.

percy.0.kirkePercy Kirke, frère de Mary Kirke

Quant à Mary, dépitée et malheureuse (Mulgrave avait refusé de l’épouser et il ne devait se marier que dix ans plus tard avec Ursula Stawell) elle avait décidé d’expier sa faute en France. Elle franchit la Manche le 30 aout 1675 et elle entra dans un couvent à Pontoise. En effet, née dans la religion protestante, elle avait fini par se convertir au catholicisme dès son entrée dans la maison de la jeune duchesse d’York, catholique convaincue. Mais la vie au couvent lui apparut vite rébarbative. Elle recevait de nombreuses visites dont notamment celle d’ Honoré Courtin, nouvel ambassadeur de France en Angleterre qui se préparait à prendre son poste à Londres et qui trouva un prétexte pour rencontrer souvent la jeune femme qui accepta de lui décrire la vie à la cour de Londres.

250px-Honoré_Courtin_par_NanteuilHonoré Courtin ambassadeur de France à Londres

Après sa visite avec Mary, le futur ambassadeur écrira à Louvois et décrira Mary Kirke ainsi : « c’est un joli brin de fille, et cela fait longtemps que je n’ai pas vu une fille aussi belle, si j’avais autant d’argent que vous et si j’avais l’opportunité de la voir plus souvent, elle ne m’aurait pas échappé »…

Mary Kirke resta tout de même deux ans  dans son couvent, et recommença à recevoir des visites de prétendants, et notamment celle de Thomas Vernon 2ème baronet Vernon qui détenait des terres à Hodnet dans le Shropshire valant 15 000 livres par an. De vingt trois ans plus âgé que Mary, Thomas Vernon (qui était récemment veuf d’Elizabeth Cholmondeley morte dans le courant de 1674) était amoureux de la jeune femme depuis de nombreuses années.

by George Vertue, after Sir Godfrey Kneller, Bt, line engraving, published 1726

by George Vertue, after Sir Godfrey Kneller, Bt, line engraving, published 1726

Thomas Vernon 2ème baronet Vernon

A Londres, il avait bien tenté de lui faire des avances et d’en faire sa maitresse, mais la jeune femme l’avait toujours repoussé, tant il est vrai qu’avec ses trois soupirants elle avait déjà fort à faire. Mais isolée en France, et peu à peu charmée des visites régulières du baronet Vernon, Mary Kirke se laissa peu à peu tenter par ce prétendant naif mais profondément amoureux d’elle (il refusait de croire que la jeune femme avait été chassée de la cour à cause d’une grossesse malencontreuse).. Elle consentit à devenir sa femme, et elle devint la baronne Vernon  le 15 aout 1677 à Paris. Le couple devait avoir trois enfants : Richard, Diana et Henrietta. Les deux filles ne se marièrent pas, mais Richard devint le 3ème baronet Vernon.

Le comte Hamilton dans sa correspondance racontera la visite qu’il fit au couple au manoir de Hodnet : « la passion de Vernon pour son épouse n’avait fait que croitre après le mariage, et son épouse, qui avait consenti à devenir sa femme par gratitude était peu à peu tombée amoureuse de son mari. Elle ne lui apporta jamais un enfant hors mariage, et son mari en était bien le père, et bien qu’il y ait eu de nombreux couples heureux en Angleterre à cette époque, le couple des Vernon fut certainement l’un des plus uni que j’eu l’occasion de rencontrer».

93ae39c459c06688d7a61010f4fcdd52Hodnet Hall, Shropshire (démoli en 1967)

Le bonheur conjugal de Mary Kirke lady Vernon dura sept ans jusqu’en 1683, date à laquelle Thomas Vernon mourut à l’âge de cinquante sept ans. Agée de trente cinq ans, et encore belle, les témoins de l’époque racontent que Mary eut encore quelques amants.

Elle devait décéder à Greenwich le 17 aout 1711, âgée de 62 ans. Ses dernières années furent difficiles financièrement, son mari lui ayant laissé un domaine très endetté. Elle fut enterrée dans l’église paroissiale de Greenwich.

First Church GreenwichEglise paroissiale de Greenwich

Elle avait vu mourir deux de ses anciens prétendants : le duc de Monmouth (exécuté pour trahison en 1685 par son ancien rival, le duc d’York devenu James II) et le duc d’York (devenu le roi James II) mort en 1701 en exil en France.

Seul James Sheffield lui survivra, le 3ème comte de Mulgrave devenu duc de Buckingham et de Normanby devait mourir en 1721 après s’être marié trois fois.

 

Sources :

  • “painted ladies”
  • “Court satires of the Restauration”

Descendants de Mary Kirke

<< ^^

Jusqu’aux enfants.

Mary Kirke, née vers 1649, décédée en 1718, Greenwich (à l’âge de peut-être 69 ans), maid of honour of Mary of Modena duchess of York (1673-1675).
Relation en 1674 avec John Sheffield, Earl of Mulgrave (3e), Marquess of Normanby (1er, 10 mai 1694), Duke of the County of Buckingham and of Normanby (1er, 23 mars 1703), né le 8 septembre 1647, baptisé le 12 avril 1648, St. Martin’s, Outwich, London, England, décédé le 24 février 1721, Buckingham House, Pall Mall, St. James’s, London, England, inhumé le 25 mars 1721, Westminster Abbey, Westminster, London, England (à l’âge de 73 ans), pC, lord chamberlain, lord steward, lord president of the Council, lord-lieutenant of the East Riding of Yorkshire then of the North Riding of Yorkshire then of Middlesex, vice-admiral, dont

  • Nn, né en juin 1675, décédé en juin 1675.

Relation en octobre 1674 avec James Scott, Lord Scott (1er, 20 avril 1663), Baron Scott of Tindall (1er, 14 février 1663), Earl of Doncaster (1er, 14 février 1663), Earl of Dalkeith (1er, 20 avril 1663), Duke of Monmouth (1er, 14 février 1663), Duke of Buccleuch (1er, 20 avril 1663), né le 9 mars 1649, Rotterdam, The Netherlands, exécuté le 15 juillet 1685, Tower Hill, The City, London, England (à l’âge de 36 ans), PC, master of the Horse, justice in Eyre, commander-in-chief of the Forces, lord lieutenant, governor of Kingston-upon-Hull.

Relation en 1674 avec James II Stuart, Duke of York (14 octobre 1633 – 6 février 1685), Duke of Albany (1er, 31 décembre 1660), King of England (6 février 1685 – 11 décembre 1688), King of Scotland (James VII, 6 février 1685 – 11 décembre 1688), King of Ireland (6 février 1685 – 11 décembre 1688), Earl of Ulster (10 mai 1659), Duke of Normandy (31 décembre 1660), né le 14 octobre 1633, Saint James Palace, London, England (United Kingdom), décédé le 16 septembre 1701, Saint-Germain-en-Laye (Yvelines), inhumé, St. Edmund Chapel, Church of the English Benedictines, Paris (France) (à l’âge de 67 ans).

Mariée le 30 juin 1677, Saint Peter le Poer, London, avec Thomas, baronet Vernon (2e), né vers 1626, décédé le 5 février 1683, inhumé, Hodnet, Shropshire (à l’âge de peut-être 57 ans), a Teller of the Exchequer, dont

  • Richard, baronet Vernon (3e), né en 1678, décédé en 1725, inhumé, Hodnet, Shropshire (à l’âge de 47 ans).
  • Diana, décédée en 1734, inhumée, Hodnet, Shropshire .
  • Henrietta, décédée en 1752, inhumée, Hodnet, Shropshire .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.