Diana Dors (Diana Mary Fluck), Mrs Hamilton, Mrs Dawson, Mrs Lake, (1931-1984)

diana-dors-pngactrice d’Hollywood

la Marylin Monroe anglaise

En 1957 dans le film “The unholy wife”

Née le 23 octobre 1931 à Swindon, Wiltshire, Angleterre
Morte le 4 mai 1984 à Windsor, Berkshire
Enterrée au cimetière catholique de Sunningdale, Windsor, Berkshire

Celle qui fut la Marilyn Monroe anglaise naquit en 1931 dans la ville de Swindon dans le Wiltshire en Angleterre vraisemblablement le fruit de la liaison de sa mère, Winifred Maud Mary Payne avec son logeur ; en effet cette dernière sera incapable de dire qui était le père de l’enfant, son mari (Albert Edward Sidney Fluck, un employé des Chemins de Fer) ou son amant. L’accouchement s’étant révélé extrêmement difficile, Diana Fluck sera fille unique.

La jeune Diana adora très jeune le monde du cinéma et notamment les blondes actrices d’Hollywood comme Lana Turner et Jean Harlow. Adorée par sa mère, cette dernière lui fit prendre très tôt des cours de danse.

dd2Diana Dors à 14 ans

Diana paraitra toujours plus que son âge : à quatorze ans, elle en parait seize. Grande et élancée, elle possédait de superbes cheveux châtains clairs qui seront éclaircis au fur et à mesure des années jusqu’au blond platine qui la rentra célèbre.

Excellente en littérature et en élocution, elle réussit à entrer à l’âge de quatorze ans à l’académie londonienne de la musique et des arts dramatiques, la LAMDA (London Academy of Music and Dramatic Art) et devint la plus jeune élève de l’établissement. Pour gagner un peu d’argent elle commença à poser comme mannequin à la London Camera Club pour une guinée l’heure (soit 1 £ actuelle).  Lors de son premier trimestre, elle gagna une médaille de bronze pour sa performance dans une pièce de théâtre de la LAMDA (la médaille fut décernée par l’acteur Peter Ustinov) et lors de son second trimestre, elle gagna une médaille d’argent.  Sa performance lui permit de participer dans une pièce intitulée « The shop at Sly Corner » qui lui rapporta 8 £ par jour.

88cc929bd4f309386445150a63688bfeDiana Dors à 18 ans

C’est à cette époque qu’elle changea son nom pour celui de « Dors » qui était celui de sa grand-mère maternelle, en accord avec sa mère et son père. Bientôt elle eut un agent qui s’occupa de lui fournir des petits rôles notamment dans « Dancing with crime » où son salaire s’éleva à 10 £ par jour.

En 1947, elle obtint son diplôme de la LAMDA. A l’âge de seize ans, elle signa son premier contrat avec la Rank Organisation et apparut dans plusieurs petits rôles que ce soit au théâtre ou au cinéma.

En 1950, Diana tomba enceinte de son premier petit ami, Michael Cabom Waterfield et avorta en septembre 1950 sur une table de cuisine sordide de Battersea pour 10 guinées.

La même année, elle relatera dans ses souvenirs : « je fus la première actrice blonde sex symbol faite maison (en Angleterre) plutôt que la blondasse des cartes postales ; quand le premier film connu de Marilyn Monroe (« quand la ville dort ») sortit en Angleterre, les médias britanniques titrèrent « comme elle ressemble à notre Diana Dors ! »

tumblr_m7iu4ibn6x1qhvp83o1_500“Lady Godiva rides again”

En mai 1951, elle rencontra celui qui allait devenir son premier mari : Denis Hamilton Gittins, alors qu’elle tenait un rôle dans le film « Lady Godiva rides again » où elle rencontra sur le tournage deux autres actrices débutantes : Joan Collins (la future star de la série télévisée « Dynasty ») et la blonde Ruth Ellis (qui devait être célèbre sur le plan criminel quatre ans plus tard en étant la dernière femme à être condamnée à être pendue en Angleterre). Cinq mois après leur rencontre Diana Dors épousait Hamilton le 3 juillet 1951 à Caxton Hall. Ses parents refusèrent d’assister au mariage, et Diana signa à leur place sur le registre : elle était encore mineure, la majorité étant à 21 ans et elle n’en avait que vingt.

pa-5224735Le premier mariage de Diana Dors avec Dennis Hamilton en 1951

La carrière cinématographique de Diana Dors s’accéléra et la jeune femme tourna souvent dans des films d’amour, et elle fut bientôt connue comme la « Marilyn Monroe anglaise ».

Son mari s’occupa de sa publicité et lui donna le style de vie d’une star d’Hollywood : il conclut un arrangement avec Rolls Royce afin que son épouse soit la première conductrice du Royaume Uni (elle avait vingt ans) à posséder une Rolls. En conséquence, Hamilton conseilla à Diana de ne pas avoir d’enfants afin que cela ne gêne pas sa carrière naissante, et la jeune femme accepta d’avorter en février 1952 et en aout 1955.

diana_dors_delahaye_450La Rolls de Diana Dors

En 1954, Hamilton imagina une série de clichés de Diana à moitié nue mais en format 3D. Les clichés sortirent avec un coffret contenant les lunettes 3D permettant de visualiser « l’Ultime sex symbol britannique ». La performance de Diana dans le film noir « The last Page » la fit remarquer par Hollywood. L’acteur Burt Lancaster lui offrit un rôle dans « His Majesty O’keefe » mais Hamilton refusa de quitter l’Angleterre et déclina le rôle (Diana déclarera plus tard qu’il ne l’avait même pas tenu au courant).

d0df7f63baa2ca414de0d544c94ec21aDiana Dors en photo sexy

 En 1955, Diana Dors fut élue la neuvième star la plus populaire de l’empire britannique ; elle fut dessinée sur la pochette de l’album des Beatles « Sergeant Pepper’s Lonely Hearts Club Band ». Mais Hollywood tentait Diana, et elle insista pour que son mari accepte qu’elle signe un contrat avec RKO pour trois films. Le couple partit pour l’Amérique à bord du paquebot « Queen Elizabeth » et Diana commença le tournage de « The Unholy Wife » en 1957 ainsi que celui de « I married a woman ».

Les commères d’ Hollywood, Louella Parsons et Hedda Hopper arrangèrent une interview publicitaire peu après l’arrivée du couple en aout 1956 : celle-ci devait avoir lieu dans une villa tenu par un des coiffeurs des stars d’Hollywood : Teasy Weasy Raymond au bord de sa piscine.

pa-6310434Diana Dors en 1955 dans le film “Value for money”

 Plusieurs stars d’Hollywood furent invités : John Wayne, Zsa Zsa Gabor, Lana Turner et Ginger Rogers. Alors qu’ils étaient au bord de la piscine un mouvement de foule précipita Diana et son mari dans la piscine et les photographes présents mitraillèrent la chute.

Furieux, Hamilton flanqua un coup de poing au premier photographe qu’il trouva ; fatalement le lendemain la presse à scandale titra « Miss Dors, retournez chez vous et prenez M ; Dors avec vous ! ». Pour Hollywood, Diana Dors était une « énième » blonde, de surcroit anglaise et le comportement de son époux ne facilita pas la tâche de Diana. Lors du tournage de « The unholy wife » Diana eut une aventure avec son partenaire à l’écran l’acteur Rod Steiger. Pour se venger, Hamilton eut lui aussi une aventure avec la femme de Rod Steiger. Vexée, Diana annonça à la RKO qu’elle allait demander le divorce. La RKO réagit en annulant son contrat considérant que le divorce de Diana rompait la moralité exigée et contenue dans son contrat, et refusa qu’elle tourne son troisième film.

07452_dd_011_122_18lDiana Dors

Sans emploi et sans mari, Diana retourna à Londres, où son mari ne tarda pas à la rejoindre quelques semaines plus tard. Aux Etats Unis, les deux films qu’elle avait tournés sortirent mais le nom de Diana Dors fut transformé en Diana d’Ors afin d’éviter la mauvaise publicité. La période d’entente entre Diana et son mari ne dura guère : lors du tournage de « The long haul » en février 1957, Diana succomba au charme de Tommy Yeardye, un cascadeur qui était la doublure de Robert Mitchum. Hamilton fut mis devant le fait accompli et demanda le divorce. Lorsque le divorce fut prononcé en 1958, Diana découvrit que son mari avait mis en faillite la société du couple :  la Diana Dors Ltd. Pour payer les frais du divorce et régulariser sa situation vis-à-vis des impôts britanniques, Diana Dors accepta de jouer dans un tour de cabaret intitulé « The Diana Dors show ». Le scénariste Richard Dawson écrivit le script de la tournée et Diana ne tarda pas à tomber sous son charme.

pa-1945649-1Diana Dors et Tommy Yeardye en 1957

Pour se venger Tommy Yeardye vendit leur histoire d’amour aux médias britanniques ; la publicité amena une audience élevée du public sur le show de Diana. Deux ans plus tard, le premier mari de Diana mourrait (d’une crise cardiaque selon certains d’un stade avancé de la syphilis selon d’autres) ; quelques semaines plus tard, Diana Dors épousait Richard Dawson à New York.

Diana et son mari décidèrent de focalisa sa carrière essentiellement en Angleterre où elle avait toujours une certaine célébrité. En 1961 et en 1963, elle tourna deux épisodes de la série « Alfred Hitchcock présente » : « The sorcerer’s apprentice «  et « Run for doom ».

f15dcf76592315823b1515302a1e8da1Diana Dors et son 2ème mari Richard Dawson

En février 1960 à Londres, Diana donna naissance à son premier enfant Mark. Le 27 juin 1962, elle donna naissance à un deuxième fils, Gary. Lasse de la vie anglaise, elle accepta d’accompagner son mari aux Etats Unis et signa un contrat dans un casino de Las Vegas à l’hôtel Dunes : elle devait y rester cinq ans.

En 1966, le couple se sépara, et Diana Dors retourna vivre en Angleterre en laissant ses deux fils à son époux. Mais en Angleterre, Diana eut de nouveau des ennuis avec les impôts qui lui firent un rappel de 40 000 $. Cette fois, Diana se tourna vers la musique et enregistra plusieurs 78 tours et eut un certain succès avec des titres comme « I feel so Mmmm » (« je me sens si Mmmm » et « A kiss and a cuddle » (« un baiser et un calin »). La télévision fit revivre sa carrière de même que la radio où elle participa à des émissions de la BBC. Son sens de la répartie, son intelligence et son esprit lui permirent d’être une invitée régulière.

Pour compléter ses revenus, elle se mit à écrire sa biographie dans pas moins de quatre livres « For adults only », « Behind closed doors », «Dors by Diana » et « A to Z of men ».

pa-1244660Les fiançailles de Diana Dors et de son futur 3ème mari Alan Lake en 1968

En 1968, elle tourna dans une série télévisée intitulée « the Inquisitors » où elle rencontra un jeune acteur de neuf ans son cadet : Alan Lake. En apprenant qu’il allait tourner avec la blonde sexy, il se serait exclamé : « Oh non, pas Mme Nichon et Grosses lèvres ! ». Mais dès qu’ils se virent Diana et Alan tombèrent amoureux l’un de l’autre. Diana Dors se maria pour la troisième fois le 23 novembre 1968. L’année suivante, Diana âgée de trente sept ans donnait naissance à son fils Jason David. Son mari participa avec elle dans plusieurs pièces de théatre et eut même un rôle dans les premiers « Doctor Who ».

pa-1244663-1Diana Dors et son fils Jason Lake âgé de cinq jours

A la suite d’un accident de cheval où il manqua finir paralytique, Alan Lake sombra dans l’alcool pour combattre la douleur. L’actrice reconnut que son mari était devenu violent et incontrôlable et était souvent en proie à des hallucinations. Heureusement, un prêtre catholique sut prendre de l’influence sur Alan Lake qui se convertit au catholicisme et arrêta l’alcool. Par solidarité avec son mari, Diana adopta aussi cette religion dans les mois qui suivirent.

En 1975, Diana Dors entama une quatrième grossesse à l’âge de quarante quatre ans : les médecins décelèrent des complications et lui conseillèrent d’avorter. L’actrice, devenue récemment catholique refusa. Elle expliquera plus tard dans sa biographie qu’elle avait déjà avorté clandestinement deux fois pendant sa jeunesse et qu’elle se refusait à avorter une troisième fois. Malheureusement, elle fit une fausse couche ; suite à cela son mari retomba dans l’alcool. En 1980, le couple subit une séparation  provisoire.

000fd76900000258-2955656-image-m-9_1424097732265Diana Dors, son mari Allan Lake et leur fils Jason

Au début des années 80, Diana Dors apprit qu’elle avait un cancer des ovaires : le traitement qui s’ensuivit lui occasionna une prise de poids qu’elle voulut combattre avec sa propre méthode de régime. Elle sortit une cassette VHS comprenant des exercices physiques et un régime alimentaire qui eut un certain succès. En 1983, une chaine TV la recruta pour un show hebdomadaire. Hélas, le traitement contre le cancer la contraignit à espacer ses apparences publiques.

Elle se réconcilia avec Alan Lake revenu près d’elle sobre après avoir appris que Diana entamait une chimiothérapie.

Au début de l’année 1984, la santé de Diana Dors se détériora rapidement, elle fut hospitalisée en urgence et devait décéder en mai 1984. Cinq mois après la mort de Diana, Alan Lake se donna la mort en se tirant une balle dans la tête à leur domicile de Sunningdale dans le Berkshire ; son dernier appel à un ami fut un pathétique « Je ne peux plus vivre sans elle », cela faisait seize ans le 10 octobre (jour pour jour) qu’il avait rencontré Diana. Il n’avait que quarante trois ans.

p01h0pcbDiana Dors en 1981

Diana Dors laissera plusieurs commentaires sur sa vie dans ses différentes biographies  :

« j’ai joué beaucoup de roles de putes alcooliques, de filles à partouze, de putains ; être un peu malmené n’a jamais été nouveau pour moi, on m’a tiré dessus, on m’a pendu, on m’a étranglé, gazé, brulé et on m’a même poussé d’une falaise : et dans un épisode télé de Hitchcock en 1955, j’ai même été scié en deux par une scie mécanique »

« En Amérique, personne ne m’a jamais pris au sérieux : les gens de Hollywood n’avaient jamais vu aucun de mes films, il pensait de moi que je singeais Marilyn Monroe et que j’étais simplement une blonde britannique qui la copiait et essayait de surfer sur la vogue de Marilyn ; et pour couronner le tout aucun de mes films anglais n’étaient sortis aux USA. «

A la mort de sa mère et de son père, Jason Lake avait 14 ans. La maison de sa mère et son inventaire furent vendus aux enchères. Le jeune garçon fut recueilli par ses demi frères et partit vivre avec eux aux Etats Unis.

96004920_jason%a0dors-lake-large_transf9bd_fyqb0tezof4isln2fq3o0t7t7cfory8uykb2-qJason Lake

A l’âge de quarante ans, il écrivit une biographie sur sa mère « the legacy of Diana Dors » et révéla que Diana et son troisième mari aimaient entretenir des parties pour adultes dans leur domicile de Sunningdale (Orchard Manor) où la drogue circulait librement ; certaines soirées étaient dédiées aux orgies filmées par des camera de 8 mm permettant à certains invités de revoir leur performance sexuelle sur écran. Il révèlera que ses parents s’adoraient, mais que le milieu dans lequel il fut élevé (les parties de jambe en l’air et la drogue) lui était apparu normal, et que pour lui tous les garçons de son âge étaient élevés ainsi. Perturbé, il sombra dans la drogue très jeune, et fit une tentative de suicide à 22 ans. Il vit maintenant dans le Kent. En 2004, il fit une nouvelle tentative de suicide en sautant du balcon de son appartement au troisième étage : il survécut.

pcs7027_aDiana Dors sur la pochette de l’album des Beatles (à droite)

Avant de mourir, Diana Dors avait confié à son fils Jason qu’elle lui léguait une fortune de deux millions de livres sterling disséminée dans plusieurs banques. Elle lui confia une feuille de papier contenant un code crypté, et l’informa que son mari Alan Lake détenait le deuxième code permettant de déchiffrer le lieu de cette fortune. Comme Alan Lake se suicida brutalement quelques mois après la mort de Diana, leur fils Jason n’a jamais pu entrer en possession de cette fortune. Personne n’a réussi à briser le code et l’emplacement de l’héritage reste inconnu.

7023_128104328600La tombe de Diana Dors (cimetière de Windsor)

Les deux fils ainés de Diana Dors ont poursuivi une carrière artistique et Jason est à la tête d’une société qui gère le souvenir de sa mère qui possède encore de nombreux fans en Angleterre.

Diana Dors est enterrée dans le cimetière catholique de Sunningdale à Windsor et repose auprès de son mari Alan Lake.

Sources :

Enregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.