Henri François de Foix de Candale, duc de Candale, 2ème duc de Randan (1640-1714)

Spread the love

 

4GHL8_W05717-506Portrait équestre de Henri François de Foix de Candale devant une ville fortifiée, par Adam Frans Van der Meulen

Né en 1640.
Meurt à Paris le 22 février 1714 à l’âge de 74 ans, enterré dans l’église des Capucines à Paris.

 Baptisé en 1644 (Il a eu pour parrain François de la Rochefoucauld, grand aumonier de France, évêque de Clermont-Ferrand et de Senlis, qui est son grand oncle (le frère de son grand père), et pour marraine, Marie Catherine de la Rochefoucauld, marquise de Sennecey, duchesse de Randan (gouvernante du roi Louis XIV), qui est sa grand-mère maternelle.

 Fils cadet de Jean Baptiste Gaston de Foix Candale, comte de Fleix, gouverneur de Macon et lieutenant du roi au baillage du Mâconnais (tué au siège de Mardick le 13 aout 1646, inhumé à Ste Geneviève des Bois à Paris) et de son épouse légitime Marie Claire de Bauffremont, marquise de Sennecey, duchesse de Randan, 1ère dame d’honneur de la reine Anne d’Autriche en 1640 (née en 1618 ; morte le 29 juillet 1680 à Paris ; enterrée près de son époux dans l’abbaye Ste Geneviève à Paris)

 Le couple eut trois fils : les deux frères d’Henri François sont :

 1-Jean Baptiste Gaston de Foix Candale, 1er duc de Randan (en 1663), comte de Fleix, né en 1638 et mort à l’age de 27 ans à Paris le 12 décembre 1665. Il sera inhumé auprès des ses parents dans l’abbaye Ste Geneviève à Paris. Il fut comme son père gouverneur de Macon. Il avait épousé un an avant sa mort, le 6 janvier 1664 Madeleine Charlotte d’Albert (née en 1648, morte le 3 aout 1665, inhumée à Ste Geneviève), fille du duc de Chaulnes. Le mariage ne laissera qu’une fille, Marie de Foix Candale, morte à 21 mois le 2 mai 1667.

 2-Charles Henri de Foix Candale (né en 1646 ; mort en mai 1671 à Paris à l’âge de 25 ans), entrera dans les ordres pour devenir abbé de Rebetz en Brie.

 La mère d’Henri François de Foix Candale, Marie Claire de Bauffremont, était devenue dame d’honneur d’Anne d’Autriche, à la suite de sa propre mère, Marie Catherine de la Rochefoucauld. Cette dernière avait été dame d’atour de la reine Anne d’Autriche en 1626, puis 1ère dame d’honneur d’Anne d’Autriche d’octobre 1626 à 1640, et gouvernante du roi Louis XIV de 1643 à 1646.

Chassée par Richelieu, elle ne revint à la cour qu’à la mort de celui-ci sur le rappel d’Anne d’Autriche qui lui confiera l’éducation de son fils. Le roi Louis XIV, reconnaissant vis-à-vis de sa gouvernante, Marie Catherine de la Rochefoucauld, érigera le comté de Randan en duché et pairie pour elle et ses descendants.

 St Simon explique dans ses Mémoires l’amitié qu’Anne d’Autriche conservera envers sa dame d’atour, puis vis-à-vis de la fille de celle-ci :

 … Randan fut érigé en leur faveur à toutes deux, et en celle du fils aîné de la comtesse de Fleix; et le cadet, qui est celui dont il s’agit ici, fût appelé dans les lettres. L’aîné parut à peine dans le monde et mourut très promptement, sans enfants de la fille unique duc de Chaulnes frère aîné de l’ambassadeur, et de la fille aînée du premier maréchal de Villeroy. Henri François de Foix, M. de Foix, devint ainsi duc et pair de fort bonne heure

 Henri François de Foix Candale se marie à l’âge de trente quatre ans, le 8 mars 1674 à Paris avec la fille du duc de Roquelaure, Marie Charlotte de Roquelaure (née en 1654, morte le 22 janvier 1710 à Paris, inhumé auprès de son époux dans l’église des Capucins à Paris). Elle était fille de Gaston duc de Roquelaure (1615-1683) gouverneur de Guyenne et Grand Maître de la garde robe du roi, et de Charlotte Marie de Daillon (1635-1657), une des plus jolies femmes de la cour (selon Tallemant des Réaux).

 L’union d’ Henri François de Foix Candale et de Marie Charlotte de Roquelaure restera stérile.

imageproxy

Marie Charlotte de Roquelaure, duchesse de Foix, duchesse de Randan

Henri François de Foix Candale fut marquis de Sennecey jusqu’à la mort de son frère ainé, mort sans descendance. Il devint alors le 2ème duc de Randan.

 Il s’engage dans la carrière militaire très tôt : à sept ans, il hérite de son père (mort tué à Mardyck) de son régiment de cavalerie, qu’il dirigera avec le rang de colonel dès l’age de treize ans. En 1660, son régiment est transporté dans le Roussillon pour combattre les armées espagnoles. En 1665, à la mort de son frère ainé sans héritier, il devient héritier des terres et titres de son frère. Au titre de duc de Randan, il ajoute celui de captal de Buch, marquis de Sennecey, d’Illiers et de Trans, comte de Fleix et Gurson, vicomte de Meilles, baron d’Aymet, Lévignac, Montcuq et Montpont, seigneur et baron de Beychevelle.

 Le duc de Randan se distingue à la bataille de Tournai en 1667, et le roi reconnaît ses mérites. La paix le fixe à la cour, mais en 1672, il participe à la guerre en Hollande et il vend son régiment de cavalerie au marquis de Biron. Deux ans plus tard, il se marie à la fille du duc de Roquelaure. Il embellit son château de Beychevelle qui sera baptisé le « Versailles du Médoc ».

Il participe à la campagne allemande, puis déserte de plus en plus Versailles pour son château de Beychevelle. N’ayant pas d’héritiers, le duc ne voit pas la nécessité de demeurer à Versailles pour obtenir pensions et bénéfices. Le roi Louis XIV le nomme cependant chevalier du Saint Esprit le 31 décembre 1688.

imageproxy

Marie Charlotte de Roquelaure, duchesse de Foix, duchesse de Randan

 Mais le duc de Randan n’est pas courtisan et fuit Versailles. Il réside le plus souvent dans le bordelais et fait de courte apparition à Versailles, où son absence ne lui permet d’obtenir ni charges, ni pensions.

 St Simon le décrit comme un homme au goût simple, mais apprécié de tous :

 … il ne prétendit jamais à princerie, mais il était bon à entendre et à voir sur ces rangs étrangers, quoique d’ailleurs simple et modeste. Il fut généralement et beaucoup regretté, et mérita de l’être….

 Perclus de dettes, le duc de Randan est obligé de vendre ses terres : les terres et le château de Beychevelle furent vendus en 1701 à Jean Baptiste d’Abadie, baron de Lamarque, président du parlement de Bordeaux pour combler les dettes du 2ème duc de Randan. Après le grand hiver de 1709, tous les pieds de vigne du domaine durent être replantés, pour redonner la prospérité des vignes de Beychevelle.

 Le 22 janvier 1710, son épouse meurt. Il lui survit quatre ans faisant héritier son cousin Antonin Nompar de Caumont, 1er duc de Lauzun (et époux de la Grande Mademoiselle)

 Henri François de Foix de Candale, pair de France, duc de Randan, baron de Givry en 1687 vendit en 1714 les terres de Givry, Dracy, Cortiambles, Russilly et dépendances à Abraham Quarré, moyennant 95 000 livres, somme qui passa entre les nombreux créanciers du duc. Guillaume Alexandre de Vieuxpont, son héritier (son cousin issu de germain), du côté maternel tenta de reprendre la terre par une action en retrait lignager mais il perdit son procès…Antoine-caumont-de-lauzun

Portrait d’Antonin Nompar de Caumont, duc de Lauzun, par Alexis Simon Belle

 A la mort d’Henri François de Foix Candale, le duché de Randan et de Foix Randan est éteint et revient à la couronne en 1714.

 Saint Simon relatera sa mort dans ses Mémoires :

 … »Le duc de Foix mourut à Paris à soixante-treize ans, sans enfants, sans charge, sans gouvernement. Il était chevalier de l’ordre et le dernier de sa maison. Avec lui son duché-pairie fut éteint. C’était un fort petit homme, de fort petite mine, qui, avec de la noblesse dans ses manières, de l’honneur dans sa conduite, de la valeur dans le peu qu’il avait servi, et un esprit médiocre, n’avait jamais été de rien, ni figuré nulle part; mais il s’était fait aimer partout par l’agrément et la douceur de sa société. Il ne s’était jamais soucié que de s’amuser et de se divertir. Il avait trouvé la duchesse de Foix de même humeur, et on disait d’eux avec raison qu’ils n’avaient jamais eu que dix-huit ans, et étaient demeurés à cet âge, mais toujours dans la meilleure compagnie, et peu à la cour où il était peu considéré; il finit la plus heureuse maison du monde, mais en qui le bonheur ne se fixa pas…. »

 Sources :

  • Mémoires de Saint Simon.

  • Wikipedia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.