Louis Joseph d’Albert de Luynes prince de Grimberghen (1672-1758)

Spread the love

 

louisjosephdalbertdeluynesFrère de la comtesse de Verrue

Portrait par Jean Chevalier en 1732

Né le 1er avril 1672 à Paris.
Mort le 8 novembre 1758 à Paris à l’hôtel de Lude.

-*-*-

Louis Joseph d’Albert est le fils de Louis Charles d’Albert de Luynes, 3ème duc de Chevreuse, 2ème duc de Luynes (1620-1690) Grand Fauconnier de France et de deuxième épouse Anne de Rohan (1640-1684).

Son père s’était marié une première fois le 29 septembre 1641 à Louise Marie Séguier Marquise d’O (1629-1651), fille de Pierre Séguier marquis d’O (mort en 1638) et de Marguerite de La Guesle, dame de Chars, qui lui avait donné neuf enfants :

-Hercule Louis d’Albert (14 juin 1644 à Paris – 2 aout 1645 à Paris)
-Marie Louise d’Albert (23 aout 1645- morte après 1665) religieuse bénédictine à l’abbaye de Jouarre, puis de Torcy.

louischarlesdalbertLouis Charles d’Albert de Luynes, 2ème duc de Luynes (son père) par Mignard

-Charles Honoré d’Albert (6 octobre 1646 à Paris – 5 novembre 1712 à Paris) qui sera le 4ème duc de Chevreuse et le 3ème duc de Luynes
-Henriette Thérèse d’Albert (13 septembre 1647 – morte après 1667) religieuse à l’abbaye de Jouarre puis de Torcy
-Françoise Paule Charlotte d’Albert (1648-1760) qui épousera en 1667 -Henri Charles de Beaumanoir, marquis de Lavardin (1644-1701)
-Félix Paul d’Albert (5 septembre 1651 à Paris – 20 octobre 1651 à Paris) jumeau de Thérèse
-Thérèse d’Albert (5 septembre 1651 à Paris – 20  octobre 1651 à Paris) jumelle de Felix Paul

A la mort de sa première épouse, son père se remarie le 4 septembre 1661 à Anne de Rohan (1640-1684) fille de Hercule de Rohan, duc de Montbazon (1568-1654) et de Marie de Bretagne Avaugour (1610-1657). Elle lui donnera sept enfants :

-Marie Anne d’Albert (7 mars 1663 à Paris -1679 à Paris) qui épousera en 1678 Charles de Rohan prince de Guéméné (1655-1727)
-Charlotte Victoire d’Albert (7 octobre 1667 à Paris – 22 mai 1701 à Paris) qui épousera en 1682 Alexandre prince de Bournonville (1662-1705) dont sept enfants.
-Catherine Angélique d’Albert (1668- 12 septembre 1746 à Paris) qui épousera en 1694 Charles Antoine Gouffier, marquis d’Heilly (1673-1706) dont cinq enfants.
-Jeanne Baptiste d’Albert (18 janvier 1670 à Paris – 18 novembre 1736 à Paris) qui épousera en 1683 Augusto Manfredi Scaglia comte de Verrue (1667-1704) dont quatre enfants, et qui deviendra la maitresse du roi de Savoie Victor Amédée II (1666-1732) dont deux enfants.
-Louis Joseph d’Albert
-Charles Hercule d’Albert (8 mai 1674 à Paris – 31 janvier 1734 à Paris) chevalier de Malte, chef d’Escadre,
-Jeanne Thérèse Pélagie d’Albert (8 octobre 1675 à Paris -14 janvier 1756 à Paris) qui épousera en 1698 Louis Guilhem de Castelnau Caylus comte de Clermont Lodève (1632-1705) dont un enfant.

annederohanAnne de Rohan, sa mère (par Mignard vers 1670)

A la mort de sa deuxième épouse, le père de Louis Joseph se remariera pour la troisième fois le 23 juillet 1685 avec Marguerite d’Aligre (1641-1722) qui ne lui donnera pas d’enfants.

Louis Joseph d’Albert de Luynes prince de Grimberghen se mariera le 17 mars 1715 à Compiègne avec Madeleine Marie Honorine de Glymes de Berghes (1680-1744), fille de Philippe François de Glymes prince de Grimberghen (1646-1704) et de Marie Jacqueline de Lalaing (morte en 1685) qui lui donnera deux fils morts jeunes, et une fille :
-Thérèse Pélagie d’Albert (1718-1736) qui épousera en 1735 Charles Louis d’Albert 5ème duc de Luynes, 6ème duc de Chevreuse (1717-1771) dont elle sera la première épouse, dont un fils mort né,

-*-*-*-

A seize ans, le chevalier de Luynes devint un volontaire dans la première compagnie de grenadiers du régiment de Champagne. Il prit part au siège de Philippsbourg et de Mannheim.

En juillet 1690, connu en tant que comte d’Albert, il devient capitaine du régiment Royal Etranger. Il fut blessé deux fois à Fleurus (l’une des balles reçues ne ressortit jamais de son corps).

En 1690, il entame une liaison qui durera de nombreuses années avec Julie d’Aubigny (1670-1707), celle qui donnera naissance au mythe de Melle de Maupin. Déguisée en homme, maniant l’épée avec dextérité, elle mènera une vie déréglée aimant aussi bien les hommes que les femmes et entamera un temps une carrière de chanteuse d’opéra.

maupinJulie d’Aubigny, « melle de Maupin »

En 1692 il est nommé lieutenant colonel, et en mai il achète à M. de Longueval le régiment Dragons Dauphin pour 100 000 livres qu’il commandera à la capture de Namur le 5 juin 1692.

En 1693 il reçoit deux blessures à coup de baïonnettes à la bataille de Steinkerque (3 aout).

Le 3 décembre 1694, le roi demande son emprisonnement à la prison de la Conciergerie à cause d’un duel dans lequel il est impliqué. Il est libéré par décision du Parlement en février de l’année suivante.

Il participe au siège de Namur en juillet 1695 où il fut grièvement blessé à la tête.

En aout 1700, il participe à un duel en compagnie du comte d’Uzès et se bat contre les comtes de Rantzau et Schwarzenberg à propos de la duchesse de Luxembourg, qui est sa maitresse et celle de Rantzau.  Les deux aristocrates étrangers furent blessés, et le roi ordonnera la prison pour d’Uzes et de d’Albert, mais ce dernier réussit à s’enfuir à Bruxelles où ses vieilles blessures se réouvrirent. Il finira par retourner en France où il fut mit en prison à la Conciergerie. Louis XIV, furieux, ordonnera au Dauphin de limoger d’Albert. C’est l’influence de Max Emmanuel, l’Electeur de Bavière, sur Louis XIV qui permettra à d’Albert de quitter sa prison en novembre 1702.

maximilianIIemmanuelMaximilien II Emmanuel de Bavière par Vivien

Les deux hommes s’étaient liés d’amitié à Bruxelles, et d’Albert demandera à entrer au service de la Bavière puisque les conséquences de son duel lui avaient fermées toutes les ouvertures dans l’armée française.

Il sera fait lieutenant général dans l’armée de Bavière en avril 1703. En décembre 1703, c’est lui qui apportera au roi Louis XIV la nouvelle de la victoire de l’armée franco-bavaroise contre les troupes autrichiennes à Hochstadt. Mais en 1704, la 2ème bataille de Hochstadt contraint l’Electeur Max Emmanuel de quitter la Bavière et de vivre en exil à Paris et Bruxelles.

En aout 1704, l’Electeur le nomme maréchal de camp des troupes espagnoles (Max Emmanuel étant le gouverneur des Pays Bas Espagnols). En 1706 il est reçu capitaine des Gardes Flamandes.

louisjosephdalbertdeluynes2portrait en compagnie de son jeune frère Charles Hercule (à droite)  par Mignard

En 1707, il tombe gravement malade à cause des blessures reçues à Fleurus seize ans auparavant :
on parloit de l’effroyable opération qu’on avoit fait au comte d’Albert pour une ancienne blessure…on disoit que l’ouverture prenoit au droit de la hanche et qu’elle alloit jusqu’à la mamelle; qu’on lui avoit tiré une pinte de pus, sans néanmoins qu’on eût pu encore trouver la balle, et qu’il étoit dans un extrême danger de sa vie… ( correspondance du marquis de Sourches)

En 1709 sa famille s’oppose violemment à son mariage avec Marie Madeleine de Berghes, Melle de Montigny, car cette dernière est la dernière maitresse de Max Emmanuel de Bavière. Elle était chanoinesse de Mons, et était selon Saint Simon “belle et bien faite”. L’Electeur de Bavière avait proposé cette union pour cacher sa liaison, et avait promis à sa maitresse 40 000 livres de pension, ainsi que 100 000 livres à d’Albert en plus du territoire de Wertingen en Souabie ,et la position de Grand Ecuyer à la cour de Bavière.

mariemadeleinedeberghesMarie Madeleine de Berghes, son épouse

D’Albert qui n’avait aucune fortune personnelle accepta. L’Electeur de Bavière assista au mariage qui eut lieu à Compiègne. L’épouse devait suivre l’Electeur de Bavière à Munich où elle sera sa favorite jusqu’en 1726, date de la mort de ce dernier.
Le mariage fut “detestable” selon Saint Simon.

En 1709, il fut envoyé en France comme ministre plénipotentiaire, et il fut envoyé en Espagne avec la même position en 1711, 1713, et 1714.

Le long exil de l’Electeur de Bavière prit fin en 1714 après la paix de Rastatt.

Le 2 avril 1715, d’Albert prit le poste de Grand Bailli de Liège.

Le 8 mai 1718 il sera nommé ambassadeur de la Bavière à Paris et ce jusqu’en 1749. Il fréquentera assidument le salon de sa soeur Jeanne de Luynes, Mme de Verrue.

D’Albert achètera de nombreux objets d’art pour l’Electeur de Bavière en France. Lorsque les quatre fils de l’Electeur de Bavière se déplaceront en France en 1725, c’est d’Albert qui organisera leur séjour. En 1726, d’Albert négociera le renouveau du traité entre la Bavière et la France. A la mort de Max Emmanuel de Bavière en 1726, il s’établira pour un temps en Flandres. En 1715, le nouveau ministre de Louis XV, Fleury fera appel à lui pour aller à Munich continuer les négociations avec le nouveau roi de Bavière Karl Albrecht, fils ainé de Max Emmanuel.

Le 18 mai 1729 Karl Albrecht accordera à d’Albert le titre de prince de Berghes et de Grimberghen en Brabant. Les lettres patentes furent signée le 16 janvier 1734 à la cour de Brabant. A partir de ce moment là, il est connu comme prince de Grimberghen.

Le 29 septembre 1729, lui et son épouse entrent solennellement dans sa principauté de Grimberghen. Il s’emploie avec son épouse à restaurer le chateau de Grimberghen et à construire la chapelle de Notre Dame d’Alten.

grimberghenLe chateau de Grimberghen

En 1732, le roi Karl Albrecht lui accorde une pension de 250 000 livres.

Le 15 novembre 1733 il est le représentant de la Bavière lors de la signature du nouveau traité bavarois avec la France.

A Marly, le 10 janvier 1734, il signe un traité de cinq ans avec la France.

En 1735, il organise le mariage à Grimberghen de sa fille unique, Thérèse Pélagie avec son cousin Marie Charles Louis d’Albert, duc de Montfort, qui sera plus tard duc de Chevreuse. Il donnera une dot d’un million de livres à sa fille. Malheureusement, la nouvelle duchesse de Montfort donnera naissance à un garçon (mort né en octobre 1735) avant de mourir huit mois plus tard au chateau de Suresnes près de Paris.

En 1736, il est l’héritier de sa soeur, Mme de Verrue qui meurt à Paris et demande dans son testament que :

.. “monsieur le prince de Grimberghen mon frère, que j’aime tendrement et qui n’a point de maison de campagne aux environs de Paris la jouissance à vie durant de ma grande et de ma petite maison à Meudon…de tous les meubles
meublants, glaces, tableaux étant de présent dans les dites maisons et qui y seront au jour de mon décès sans exception, dans l’état fait inventaire: dans lesquels meubles néanmoins n’est comprise aucune vaiselle d’argent.”

verrueJeanne Baptiste d’Albert comtesse de Verrue, sa sœur (par Mignard)

Quant à la “petite maison” il s’agit du Grand Ecu à Meudon qu’elle a acheté en 1718 ; la collection de tableaux comprend 193 tableaux.

A cette époque, d’Albert réside quai Malaquais à Paris, mais il déménagera à l’hotel de Bauffremont (87 rue de Grenelle) qu’il prend en location au comte d’Ourouer.

Karl Albrecht sera couronné empereur en 1742.

Le 1er septembre 1742 d’Albert est nommé conseiller d’état et Field Marshall des Armées Impériales. De plus, il obtient le titre héréditaire de Prince du Saint Empire Romain : cet honneur lui coûtera plus de 40 000 livres. Il fut aussi nommé Conseiller d’état intime, et reçut le titre d'”Excellence” ; quant à son épouse, elle aura le droit de s’asseoir en présence de l’Impératrice.

Dix jours plus tard, Karl VII le nommera ambassadeur extraordinaire auprès de Louis XV.

En 1744, après une longue maladie, son épouse décède.  A sa mort de nombreuses propriétés de sa femme retournèrent à la famille de Berghes.

D’ Albert apparait encore en société, on le croise au petit théatre de Versailles où Mme de Pompadour joue dans les “trois cousines” dans le rôle de Colette. Mais en 1748, sa santé décline : il ne peut assister au baptème de son filleul Louis Joseph d’Albert. Il doit se faire remplacer par Monseigneur Paul d’Albert le futur cardinal.

karlVIIalbrechtvonbayernKarl VII empereur

L’amitié qui l’unissait à Karl VII ne continuera pas avec le fils de ce dernier, Maximilien III couronné en 1745. Il dut se justifier auprès de lui des dépenses occasionnés par son style de vie.

En 1756, il achète l’ancien hôtel de Lude, rue Saint Dominique (aujourd’hui hôtel Bonnier de la Mosson).
Vers la fin de sa vie, il se tournera vers la littérature. Il avait une importante bibliothèque d’œuvres d’art (sa sœur Mme de Verrue possédait elle aussi une bibliothèque remarquable).

D’Albert mourra à Paris le 8 novembre 1758, six jours après le duc de Luynes.

Les contemporains retinrent qu’il avait été “un grand débauché dans sa jeunesse”.

Ses héritières de ses possession en France furent Angelique Victoire de Bournonville, duchesse de Duras et sa soeur Victoire Delphine de Bournonville, marquise de Mailly  toutes deux filles de sa soeur Charlotte Victoire d’Albert.

Les terres de Grimberghen et le titre passèrent à Maximilienne Thérèse d’Ongnies, duchesse de Croy, (fille de Marie Charlotte de Berghes, soeur de sa femme).

Saint-Simon le décrira ainsi :
d’Albert est fait comme les amours, et qui en usa comme eux…. Distingué partout à la guerre par les plus éclatantes et les plus singulières actions, favorisé par les plus belles dames, envié et attaqué par beaucoup de gens…”.

Sources :
– dictionary of Pastellists.
-Roglo.eu
Pastellists.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.