Marion Douras, “Marion Davies”, Mme Brown (1897-1961)

Spread the love

Marion Davies (1897-1961) - Cinéma, Littérature, Voyages, Musée, Déesses, Inéditsactrice d’Hollywood

Née le 3 janvier 1897 à New York
Morte le 22 septembre 1961 à Hollywood (Californie)
Enterrée à cimetière de Hollywood

Marion Davies (de son vrai nom Marion Cecilia Elizabeth Brooklyn Douras) naquit à Brooklyn le 3 janvier 1897. Son père, Bernard Douras, était un avocat de New York, et lui à sa femme Rose Reilly, auront cinq enfants (un fils qui mourra jeune et quatre filles) ; et Marion fut la petite dernière. Son père devait finir sa carrière en tant que juge à New York, et envoya ses quatre filles : Ethel, Rose, Reine et Marion dans un couvent catholique de New York afin de leur octroyer une excellente éducation.

Très vite, le caractère fantasque et joyeux de la petite dernière s’accorda mal avec les règles strictes de son éducation de jeune fille. Marion Douras aimait chanter et danser, et elle souhaitait au moment de l’adolescence se lancer dans la carrière du music-hall comme sa sœur aînée Reine. C’est d’ailleurs celle ci qui l’encouragera dans cette voie. C’est à ce moment qu’elle prit comme nom de scène « Marion Davies » au lieu de Douras, pour ne pas choquer ses parents.

photo Marion DAVIES

Marion Davies à 18 ans

A l’âge de dix huit ans, elle fut embauchée en tant que « chorus girl » dans une revue musicale de Broadway.

Pour joindre les deux bouts, car ses cachets étaient plus que médiocres, elle accepta de poser en tant que modèle pour des illustrateurs comme Harrison Fisher.

Mais Marion avait un but bien précis : elle voulait à tout prix être embauchée comme danseuse dans les « Ziegfeld Follies », ce qui était le summum de l’ambition pour une jeune fille de New York plutôt jolie qui savait jouer et chanter.

Par son physique, Marion se distinguait par sa blondeur et ses jolis yeux bleus : le fait qu’elle soit un peu ronde entrait bien dans les critères de beauté de l’époque. En plus, elle avait un rire joyeux, et était d’une nature plutôt enjouée.

Studio Pluche: La dernière Ziegfeld Girl

les Ziegfeld Follies girls

Les « Ziegfeld Follies » étaient célèbres pour montrer des filles à la plastique superbe, qui montaient et descendaient des escaliers au théâtre revêtues de costumes magnifiques (le modèle des « Ziegfeld Follies » était les célèbres « Folies Bergères » de Paris.

Le spectacle parisien avait inspiré Florenz Ziegfeld Junior lors d’un séjour à Paris et il avait décidé de monter à New York des revues incluant des « tableaux vivants » : il y avait des sketchs et des chansons, et les plus jolies filles de New York tentaient de faire partie de ce spectacle unique.

Marion Davies — Wikipédia

“Runaway Romany”

En 1916, Marion Davis réussit à décrocher un contrat au « Ziegfeld Follies » de New York. De la danse à l’écran au cinéma, il n’y avait qu’un pas, et Marion Davies eut son premier rôle dans un film de 1917 intitulé « Runaway Romany » (film qui était muet, le parlant ne faisant son apparition qu’en 1927).

Le fait que son beau frère (George W Lederer, époux de sa sœur Reine Douras) produisait le film, l’aida alors beaucoup à faire ses premiers pas sur scène.

Elle commença à faire parler d’elle dans des petits rôles comiques où elle excellait, et elle commença à bien gagner sa vie.

https://lesjours.fr/ressources/square/people/william-randolph-hearst.jpeg

Randolph Hearst

En 1917, Marion Davies rencontra celui qui devait devenir l’homme de sa vie : William Randolph Hearst.

Elle avait 20 ans, et était au sommet de sa beauté, il avait 54 ans, et était un homme marié avec cinq fils, mais il était multimillionnaire (le père de Hearst avait été un millionnaire californien enrichi par la ruée vers l’or qui avait fondé un journal le « San Francisco Examiner »). William Randolph Hearst avait été sénateur de Californie de 1886 à 1893, et avait prospéré d’abord dans le domaine minier, avant de prendre en 1887 la tête du quotidien fondé par son père.

Il va alors racheter et créer des journaux dans toutes les régions des Etats Unis. Il possédait sa propre agence de presse, et bientôt il va s’intéresser à l’industrie du cinéma notamment à Hollywood, qui n’en est encore qu’à ses débuts. Son épouse, car il était marié, s’appellait Millicent Willson.

Hearst-Family-Main.jpg

Randolph Hearst, sa femme Millicent et ses fils

Elle vivait à New York, et lorsque Hearst décida de s’établir en Californie, elle ne le suivit pas, le soupçonnant déjà d’entretenir une autre femme, et resta à New York avec leurs cinq fils. Cette autre femme, c’était Marion Davies.

A la différence des autres aventures qu’il avait eu, Hearst en était fou amoureux, et cet amour était réciproque. Il devait durer toute leur vie.

Pour Marion, Hearst allait fonder la compagnie de films « Cosmopolitan Pictures » et ce dans le but de booster la carrière de sa toute jeune maîtresse. Il utilisera ses journaux pour promouvoir la carrière de la jeune femme. Il obligea par contrat la Paramount, la Goldwyn, puis la Metro Goldwyn Mayer à employer Marion Davies dans leurs films (muets à l’époque).

photo Marion DAVIES

Marion Davies

Le premier désaccord entre Marion Davies et Hearst portera sur les rôles comiques que la jeune femme veut conserver.

Elle excellait dans ses rôles où sa drôlerie pétillait, et les films qu’elle tournait avec United Artists correspondaient à son talent inné : mais Hearst voulait qu’elle tourne des films plus sérieux, avec des rôles dramatiques car il n’appréciait guère les rôles où Marion riait et s’amusait avec ses partenaires qui étaient aussi des amis (et l’un des amis de Marion à l’époque n’est autre que l’acteur et producteur Charlie Chaplin).

Dans son idée d’aider la carrière de Marion, Hearst rachètera le « Cameo théatre » de San Francisco en 1929, le rebaptisera « Marion Davies Théâtre », et contemplera de la fenêtre de son bureau les lettres de néon clignotantes qui déclinent le nom de sa maîtresse dans la nuit.

Charlie Chaplin — Wikipédia

Charles Chaplin

 Grâce à la publicité des journaux de son amant (les articles commencaient souvent par « Marion Davies the greatest miracle the movies had ever seen » soit « Marion Davies le plus grand miracle découvert par les films »), et à l’argent de ce dernier, Marion tournera trois films par an pendant dix ans à un rythme effréné.

En 1922, elle excellait dans le rôle de Mary Tudor dans le film « When knighthood was in Flower ». Le film sera n° 1 au box office et Marion Davies atteindra le statut de star à Hollywood dès 1924.

Pour abriter ses amours avec Marion Davies, Hearst fera bâtir à partir de 1920 Hearst Castle sur une propriété de 97 000 hectares qu’il terminera seulement en 1947.

When Knighthood Was in Flower (1922 film) - Wikipedia

Ce château (à l’allure hispanique) sera bâti sur une propriété qui appartenait au père de Hearst, qui en 1865 à San Siméon avait construit un ranch.

Ce ranch, la famille Hearst l’appelait le « ranch San Siméon ». Désireux d’avoir une résidence « un petit peu plus confortable en haut d’une colline » Hearst demandera à une jeune femme architecte, Julia Morgan, de lui bâtir un château d’inspiration espagnole sur le terrain du ranch San Siméon.

Visiting Cambria, San Simeon, Calif.: where to stay, what to do

Le ranch “San Simeon”

Julia Morgan se mit à l’ouvrage : Hearst Castle sortit de terre et contiendra 56 chambres à coucher, 61 salles de bains, 19 salons, 51 hectares de jardins, une cuisine centrale, une bibliothèque, des piscines intérieures et extérieures, des courts de tennis, une salle de cinéma, un terrain privé, et comble du luxe, un zoo privé ! Avec zèbres et singes en semi liberté.

Il y avait aussi un golf, et un terrain privé qui permettait aux avions d’atterrir en toute intimité.

William Randolph Hearst in his Study, Hearst Ranch, San Simeon, California] | International Center of Photography

Le bureau de Hearst (ranch San Simeon)

De plus, il existait un ponton sur la plage qui permettait aux yachts des acteurs connus de l’époque d’accoster incognito (Charlie Chaplin, Cary Grant, Gary Cooper, Joan Crawford, etc.) et sans être vus des journalistes et des curieux.

L’intérieur de Hearst Castle était encore plus luxueux : des collections d’art venant d’Europe, et surtout d’Espagne peuplaient les salles. Le palais principal (construit en béton armé pour résister aux tremblements de terres) mesurait 6 300 m². La piscine principale pouvait contenir 1 000 000 de litres d’eau et mesurait 32 mètres de long ; la piscine intérieure mesurait, elle, 25 mètres.

Hearst Castle | Hearst castle, Castle, William randolph hearst

La salle à manger (ranch San Simeon)

La maîtresse de maison de cette monstruosité était Marion Davis. Tout le monde (du cinéma) savait qu’elle était la maîtresse de Hearst, mais rien ne filtrait dans la presse.

A la moindre allusion qui entachait la réputation de Marion, Hearst traquait le coupable de l’article, le licenciait, et le ruinait à jamais dans sa future recherche d’emploi.

De plus, le rédacteur en chef du magazine qui avait permis cette indiscrétion était vertement tancé, quand il n’était pas tout simplement viré.

En 1925, Hearst et son épouse se séparaient à l’amiable (mais le divorce ne sera jamais prononcé, Mme Hearst ayant des exigences financières que son mari n’acceptera jamais) et le magnat resta en Californie auprès de sa maîtresse.

Marion Davies: A Biography | Hometowns to Hollywood

Marion Davies et Heast

Malheureusement Mme Hearst se présentait d’elle même de temps en temps à Hearst Castle, et Marion (comme toute maîtresse devant l’épouse légitime) devait libérer les lieux et s’installer ailleurs le temps du séjour de l’épouse de son amant. Conscient du désagrément que procuraient les visites de sa « légitime », Hearst résolut le problème en achetant une maison à Marion Davies, le « beach house », une maison monstrueuse sur la plage de Santa Monica qui sera le domicile de la jeune femme.

Fichier:Marion-Davies-Beach-House-Postcard.jpg

Marion Davies et sa maison la Beach House (maison de la plage)

C’est là qu’elle attendra le départ de Mme Hearst avant de regagner Hearst Castle. Marion fit venir sa mère et ses sœurs en Californie (d’ailleurs Rose et Reine entameront toutes les deux une carrière d’actrice pour l’une, et chanteuse pour l’autre) et afin qu’elles conservent un point de chute sur la côte Est, Hearst achètera une somptueuse maison de ville à New York pour la mère de Marion et ses sœurs à l’angle de la 105ème rue.

Hearst possédait aussi un yacht, le « Oneida », acheté trois ans auparavant à un banquier de New York. Il s’en débarrassera en 1927, trois ans après le scandale qui se passa à bord et que nous allons évoquer.

Cocktail93

Marion Davies

En novembre 1924, Hearst lança une invitation à bord de son yacht pour un week-end de navigation de San Pedro à Baja qui devait débuter le 15 novembre. Les invités étaient :

*George H Thomas (directeur financier chez Hearst),

*Thomas Ince (producteur de film surnommé le « père du western » et qui avait déjà produit plus de 800 films : à l’occasion de ce voyage, Hearst avait prévu de fêter dignement le 43ème anniversaire de Thomas Ince à bord),

*l’actrice Margaret Livingston (maîtresse de Thomas Ince, qui était un homme marié), *l’écrivain britannique Elinor Glyn (une femme),

William Randolf Hearst Luxury Yacht Boat called "The Oneida" | Luxury yachts, William randolph hearst, Yacht

le yacht “Oneida”

*un trio de jolies actrices (Aileen Pringle, Seena Owen, Julanna Johnston),

*Joseph Willicombe (le secrétaire en chef de Hearst),

*l’éditeur Franck Barham et son épouse,

*Ethel et Reine (les sœurs de Marion Davies), Pepi (la nièce de Marion Davies)

* et enfin le docteur Daniel Carson Goodman qui était aussi écrivain et producteur de film (directeur du « Cosmopolitan ») : mais il était aussi connu aussi pour ragaillardir les pannes sexuelles des hommes âgés avec une potion issue de glandes de chimpanzés, (il faut se rappeler que Hearst avait 34 ans de plus que Marion ! ). Le 14 novembre, tout ce petit monde embarqua sur le yacht : dans l’après midi, Charlie Chaplin était aller chercher en voiture Marion Davies qui était sur le plateau de tournage du film « Zander the Great » aux studios de United Artists. Il prit aussi en passagère Louella Parsons (future chroniqueuse de feuilles à scandales de Hollywood qui venait d’arriver fraîchement de New York et dont c’était là la première invitation officielle dans le monde très fermé de Hollywood).

Thomas H. Ince - Wikipedia

Thomas Ince

Tous les trois arrivèrent en voiture à San Pedro et montèrent à bord. Il manquait un invité, et le plus important de cette croisière, il s’agissait de Thomas Ince retenu pour une soirée à un festival et qui devait rejoindre le yacht le lendemain. C’est ainsi que le samedi matin, Thomas Ince rejoignit le yacht qui faisait escale à San Diego, et outre le fait qu’il devait fêter son anniversaire à bord le soir même avec les invités, il profita de la journée pour discuter avec Hearst des finalités d’un contrat où il devait prêter ses studios à Hearst pour le tournage d’un futur film.

Le yacht quitta le port en fin de matinée embarquant en plus un groupe de jazz chargé d’agrémenter la soirée et des caisses de champagne pour alimenter celle ci. Tout le monde s’accorda à dire que la journée se passa merveilleusement bien. L’équipage fut au petit soin pour le groupe d’invités de Hearst. Bien que ce dernier ne buvait pas, il savait recevoir avec style et le champagne coulait à flot.

The Death of Thomas Ince - Naked History

Les invités s’aperçurent tout de même vite que l’ambiance semblait un peu crispée à bord notamment lorsque Hearst était en présence de Charlie Chaplin. Nul n’ignorait que Hearst était très jaloux de Marion, et il soupçonnait depuis quelque temps que cette dernière le trompait avec l’acteur.

Les ragots de l’époque disaient de Chaplin qu’il était un séducteur dans l’âme, et il n’en était pas à son premier scandale amoureux. Le fait qu’il soit arrivé en voiture avec Marion (même avec une tierce personne comme Louella Parsons dans le véhicule) n’avait pas arrangé l’humeur de Hearst.

Ces deux là, à son goût, étaient un peu trop familier l’un vis à vis de l’autre, et Hearst (qui était un as au tir au pistolet avait pris un malin plaisir de montrer sa dextérité à ses invités en abattant avec son revolver qu’il conservait à bord, les mouettes en plein vol lors de ses escapades sur le pont dans l’après midi). Il semble que le soir, lors du repas d’anniversaire de Thomas Ince, où chacun mangea et but plus que de raison, le couple Marion Davies et Charlie Chaplin se soient éclipsés.

La rumeur prétend que Hearst surprit le couple dans une pose très équivoque, et que, fou de colère, il sortit son revolver pour abattre son rival Charlie Chaplin. Hélas, la balle se logea par inadvertance dans la tempe de Thomas Ince, qui se trouvait à proximité, par accident. Ce dernier mourut sur le coup.

Marion Davies & Charlie Chaplin....An urban legend, revolving around a rumored relationship with Chaplin, has endured sin… | Marion davies, Chaplin, Charlie chaplin

Marion Davies et Charles Chaplin

Le yacht fit  immédiatement escale en urgence, et la version officielle des passagers et des membres de l’équipage fut la suivante : Thomas Ince s’était plaint de douleurs à l’estomac et à la tête à la fin du repas d’anniversaire, tard le soir, et il était parti se coucher ; le docteur Goodman l’avait trouvé dans le coma dans la nuit.

Le blessé fut chargé sur un train en direction de Los Angeles en compagnie du docteur Goodman, et malgré les soins de celui ci serait mort à l’arrivée en gare, victime « d’arrêt cardiaque du à une indigestion ».

L’épouse de Thomas Ince fut prévenue en urgence à l’arrivée du train à Los Angeles où elle fut prévenue du décès de son mari, et quelques jours plus tard, Thomas Ince était incinéré et enterré le 21 novembre à Hollywood (soit six jours après sa mort) en présence de sa famille, de Marion Davies et de Charlie Chaplin. Il n’ y eut aucune autopsie.

Personnalité de Premier Plan / San Simeon / Etats-Unis / 1920-1929 | HD Stock Video 651-755-344 | Framepool Stock Footage

Seulement, cette mort subite suscita de nombreuses polémiques : c’est le secrétaire japonais de Charlie Chaplin (Toraichi Kono), qui, le premier rapportera qu’il avait vu le corps de Ince sur une civière, la tête ensanglantée.

L’orchestre de jazz présent sur le yacht, et qui jouait « non stop », avait, semble t’il, occulté le son du revolver, mais plusieurs personnes présents à bord avaient aperçu la tempe en sang de Thomas Ince, allongé sans vie sur le pont. La puissance de Hearst (qui pouvait écraser une carrière naissante ou briser la carrière d’un employé) fit le reste : toutes les personnes présentes sur le yacht se turent, et se contentèrent de dire que Ince s’était plaint d’une indigestion au cours du repas, et la mort officielle de Thomas Ince resta une crise cardiaque due à une indigestion. Aucune enquête officielle ne vint troubler ce verdict. Charlie Chaplin dans son autobiographie niera même avoir été à bord du bateau ce week-end end là ; Marion Davies fera de même dans sa propre autobiographie : Chaplin n’était pas à bord ce week-end end là.

Marion Davies — Wikipédia

Marion Davies

Le procureur de San Diego, un certain Chester Kemply classera l’affaire : « j‘ai ouvert une enquête suite à de nombreuses rumeurs rapportées dans mon service au sujet de cette affaire, et les ai examinées jusqu’à ce jour dans le but de m’en débarrasser définitivement. Cette histoire de beuverie à bord d’un Yacht ne sera pas approfondie ; après avoir interrogé le médecin et l’infirmière qui se trouvaient auprès de Mr Ince, je suis convaincu que les causes de son décès sont naturelles” Le cinéaste D W Griffith résumera avec ironie : « Tout ce que vous avez à faire pour voir Hearst blêmir est de mentionner le nom de Ince. Tout est louche dans cette affaire, mais Hearst est intouchable » La veuve de Thomas Ince reçut une somme d’argent de Hearst ; elle vendit sa maison et plaça son argent. Malheureusement la crise de 1929 engloutira son placement et elle terminera sa vie en tant que chauffeuse de taxi.

La vie reprit pour Hearst et Marion sans que rien ne fut changer : en 1925, Hearst achètera pour Marion, en cadeau d’anniversaire, un château qui se trouvait dans le pays de Galles : St Donat’s Castle juste après l’avoir vu dans un magazine.

St Donats Castle

st Donat’s Castle

L’arrivée du cinéma parlant en 1927 aurait pu provoquer la chute de la carrière de Marion car elle possédait un léger bégaiement, mais sa voix passa avec brio l’épreuve des bandes sons, et jusqu’en 1935 elle renoua avec les comédies comiques dans des films où elle était la co-star avec Clark Gable (« Polly of the circus » en 1932), ou Gary Cooper (« Operator 13 » en 1934).

Le film Operator 13

Les réalisateurs comme King Vidor voyait Marion comme une actrice comique, et certains devaient lutter contre l’influence de Hearst qui insistait pour que Marion Davies obtienne des rôles dramatiques. Hearst voulait que sa maîtresse soit reconnue comme une star indiscutable à l’égale d’une Mary Pickford.

L’ingérence de Hearst s’avéra bientôt négative pour la carrière de Marion : lorsqu’il apprit que la MGM (et le directeur de celle ci Irving Thalberg) cherchait une actrice pour le rôle féminin du futur film « Marie Antoinette », Hearst insista lourdement pour que Thalberg embauche Marion Davies, mais Thalberg décida de choisir son épouse, l’actrice Norma Shearer. En rétribution, Hearst interdit aux magazines de presse qu’il possédait de mentionner dans le futur les films de la MGM. De plus, il incitait Marion Davies à entrer dans une autre compagnie, la Warner Brothers, et a quitter ses amis de la MGM.

Norma Shearer as Marie Antoinette | Marie antoinette movie, Marie antoinette, Norma shearer

Norma Shearer (“Marie Antoinette”)

Mais à la Warner, Marion se heurta encore à l’obstination de Hearst qui ne voulait pas de rôles comiques pour elle, et qui la poussait à réclamer le rôle titre du film « Tovarich » qui échouera finalement à Claudette Colbert (bien meilleure dans les essais de ce rôle dramatique). En 1943, à 46 ans, la mort dans l’âme, Marion Davies annonça qu’elle prenait sa retraite d’actrice.

En vingt ans de carrière, elle avait tourné dans 45 films dont aucun n’avait retenu l’attention ni obtenu de prix.

De plus, Marion Davies avait maintenant atteint l’age critique de la quarantaine, elle ne pouvait plus jouer les rôles d’ingénues rigolotes à l’écran. A son âge, seules les rôles de mères pouvaient encore être plausibles. L’argent de Hearst ne pouvait pas contrer les années accumulées et la faire rajeunir.

Tovarich (1937)

Claudette Colbert (dans “Tovarich”)

De plus, les réceptions qu’elle organisait à Hearst Castle, les bals costumés, les excès (d’alcool notamment et de nourriture) n’avaient pas tardés à la faire vieillir prématurément avec des traits bouffis et une silhouette empâtée.

Cette joyeuse vivante décida alors de se consacrer aux réceptions de Heart Castle à San Siméon, et de devenir à plein temps la compagne de Hearst, accélérant ainsi les abus de boissons et de nourriture.

Malheureusement pour Marion Davies, la femme légitime de Hearst refusera toujours le divorce, et elle ne put jamais convoler avec son amant multimillionnaire.

Marion Davies | Biography, Movies, & Facts | Britannica

Marion Davies à 40 ans

Elle restera toute sa vie sa maîtresse. Si elle devait contempler sa carrière, Marion Davies pouvait se satisfaire du fait qu’en 1923 elle avait été une des actrices les mieux payées de la production cinématographique avec deux de ses films « When knighthood was in Flower » et « little old New York ».

En abandonnant le milieu cinématographique, Marion ne se doutait pas qu’elle allait tomber sous la coupe de Hearst, qui était d’une jalousie obsessionnelle.

L’impossibilité de devenir son épouse, et son inactivité poussera Marion Davies de plus en plus vers la boisson. 

De plus, à la fin des années 30, la fortune de Hearst chuta considérablement : la crise de 1929 lui fit perdre 126 millions de dollars.  Pour éviter la banqueroute, Marion Davies dut vendre St Donat’s Castle, ses bijoux, et solder ses actions. Hearst dut vendre à perte des journaux et des stations de radio qui lui appartenaient.

Il mit aussi en vente les collections que Heart Castle contenait : des tableaux, des sculptures furent vendues à moitié moins du prix qu’il les avait acheté.

The True Story Of Marion Davies That 'Citizen Kane' Didn't Tell

Marion Davies et Hearst

Lorsque la Seconde Guerre Mondiale éclata, les folles réceptions de San Siméon s’arrêtèrent, et Hearst et Marion partirent vivre à Wyntoon dans le nord de la Californie.

Dès 1945, San Siméon les vit revenir, mais le couple était très diminué physiquement.

Marion Davies était devenue alcoolique à 48 ans, et Hearst (âgé de 82 ans) avait eu plusieurs alertes cardiaques.

Marion Davies | Marion davies, Silver screen actresses, Old hollywood movies

Le couple quitta San Siméon pour se rapprocher de Los Angeles (et de ses hôpitaux) plus à même de traiter médicalement les ennuis de santé de Hearst.

Hearst mourut le 14 août 1951 à l’âge de 88 ans dans sa résidence de Beverly Hills : dans son testament, il pourvoira largement l’avenir de Marion Davies en lui laissant 170 000 actions de Hearst Corporation, ainsi qu’une forte somme d’argent.

Marion Davies ne put assister aux obsèques, la famille et les enfants de Hearst lui interdirent de se présenter au cimetière. En 1957, les enfants de Hearst (incapables d’assurer la gestion financière du domaine) donnèrent San Siméon (donc Hearst Castle) à l’état de Californie, qui l’ouvrit en tant que musée, attirant ainsi chaque année 750 000 visiteurs (Lady Gaga y tournera même l’un de ses clips).

En décembre 2003, un tremblement de terre dont l’épicentre était situé à 3 km de Hearst castle permit de vérifier la solidité du monument : malgré une magnitude de 6,5 le château de Hearst tint le coup, et il y eut très peu de dommage sur la structure.

Marion Davies and Horace G. Brown | Marion davies, Marion, Davie

Marion Davies et son époux Horace Brown

Marion Davies surprit tout le monde en se mariant à l’âge de 54 ans (onze semaines après la mort de Hearst) avec Horace Brown, à Las Vegas le 31 octobre 1951. Ce fut un mariage désastreux. Son mari la maltraitait.

Elle demandera deux fois le divorce, mais changera d’avis à chaque fois, quand son mari revenait vers elle en pleurant et en s’amendant.

Elle expliquera son mariage en expliquant qu’elle ne savait pas vivre seule. En 1952, elle décida de se consacrer aux enfants malades, et fondera la Marion Davies Foundation.

En 1956, elle eut une première défaillance cardiaque. Dans l’année qui suivit, les médecins lui diagnostiquèrent un cancer de l’estomac. Elle devait mourir dans sa maison de Hollywood le 22 septembre 1961 à l’âge de 64 ans.

This mausoleum houses Marion Davies, whose real name was Marion... Photo d'actualité - Getty Images

La tombe de Marion Davies

Elle sera enterrée au Hollywood Forever Cemetery dans un mausolée superbe, mais loin de la tombe de Hearst qui repose dans le caveau des Hearst dans une autre ville de Californie. Sa fortune personnelle sera estimée à 20 millions de dollars.

Elle laissera une autobiographie « The Times we had » qui résumera sa vie avec Hearst le milliardaire. Elle expliquera en quelques mots sa relation :

«  Mon dieu, je donnerai tout ce que j’ai pour épouser ce vieil homme farfelu. Pas pour l’argent ou la sécurité car il m’a déjà donné bien plus que la normale. Pas non plus parce qu’il est d’une compagnie charmante, la plupart du temps, quand il commence à parler, il m’ennuie à mort, et certainement pas parce qu’il est merveilleux entre les draps ! Car je pourrais trouver un million d’hommes bien plus doués tous les jours. En fait vous savez ce qu’il me donne ? Il me donne le sentiment que je lui suis indispensable. Je n’aime pas certaines choses que nous avons ou même que nous n’avons pas. Il a une femme qui ne lui accordera jamais le divorce. Elle sait que j’existe mais il est convenu que si elle décide de vernir au ranch San Siméon pour une semaine ou un week-end end, je dois m’évaporer. Et de plus, il ronfle, et il peut être de mauvaise humeur, et il a des fils qui sont plus âgés que moi. Mais il est gentil et il est bon vis à vis de moi, et je ne l’abandonnerai jamais ».

Photo: Marion Davies with Her Husband and Her Daughter with W.R Hearst, Patricia Van Cleve, and Van Cleve's Husband Arthur Lake | Playground to the Stars

Marion Davies avec Patricia Lake

En 1993, la nièce de Marion Davies, Patricia Lake mourut à l’âge de 74 ans. Elle avouera sur son lit de mort à ses enfants qu’elle n’était pas la fille de Rose Douras (sœur de Marion) et de son époux George van Cleeve, mais bel et bien la fille cachée de Marion Davies et de Hearst. Marion serait tombée enceinte à l’automne 1918 de Hearst, qui, pour éviter le scandale, aurait expédié sa maîtresse en France, à Paris, pour accoucher.

Marion Davies aurait donné naissance à Patricia le 8 juin 1919 dans une clinique française. Elle aurait ensuite rapatrié l’enfant aux Etats Unis et demandé à sa sœur Rose d’élever sa fille. Cette dernière aurait accepté, et ce n’est qu’à l’âge de onze ans que Patricia aurait appris de Marion que cette dernière était sa mère légitime.

C’est Hearst qui paiera les frais de scolarité de la jeune fille. Elle accompagnera fréquemment Marion et Hearst dans leur déplacement et aura une chambre à demeure dans leurs différentes résidences. Elle sera présentée comme la « nièce » de Marion à tous les visiteurs de San Siméon.

Patricia Lake Obituary - Las Vegas, NV

Patricia Lake

A la mort de Marion Davies, Patricia héritera de la moitié de l’héritage de Marion Davies. Elle avait une ressemblance prononcée avec Hearst mais ce n’est que sur son lit de mort qu’elle confessera la vérité sur ses parents biologiques. Patricia se mariera avec un acteur Arthur Lake, et la cérémonie de mariage eut lieu à San Siméon en 1937 en présence de Hearst et de Marion Davies. Patricia Lake aura des rôles d’actrice au théatre puis dans une station de radio.

Pour la petite histoire, la romance de Hearst et de Marion Davies a été raconté dans le film de Orson Welles « Citizen Kane » ; Hearst Castle est dépeint sous le nom de « Xanadu ». Prévenu de ce fait, Hearst usera de tout son pouvoir dans les médias pour écraser la sortie du film. Bien que distribué par la RKO, le film eut du mal à sortir dans les cinémas qui sous la pression de Hearst refusèrent de le distribuer.

Citizen Kane — Wikipédia

Le film fut donc diffusé sur une petite échelle impactant financièrement sérieusement la carrière de Orson Welles. On ne se moquait pas impunément de Hearst. Treize ans après la mort de Marion Davies, ce fut au tour de la femme légitime de Hearst, Millicent Willson, de mourir le 5 décembre 1974 à l’âge de quatre vingt douze ans entouré des siens.

Elle demandera à être enterrée à New York, loin de son époux infidèle qui repose, lui, en Californie.

 

 

Sources :

« Hollywood Babylon «  de Kenneth Anger.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.